Ah, la rentré scolaire! Chaque année on la redoute et chaque année on se demande qui on va encore avoir comme prof.

Mais pour cette rentrée, une innovation. Un nouvel établissement: le lycée. Et oui, le 4 septembre, c'était pour moi la rentrée en seconde. Non seulement j'ai plus de marche à faire le matin, il faut en plus que je commence plus tôt. Inutile de vous dire que tous les matins, un millier de lycéens-zombies se dirige vers cette énorme construction en forme de catamaran.

Un catamaran, mon lycée ressemble a un bateau. Ils aiment bien nous le rappeler. Si on ne le savait pas déjà, l'administration nous le dit une bonne vingtaine de fois et de manière différente: gouvernail, capitaine, matelot et autre moussaillon sont présents dans chaque phrase de notre magnifique livret d'accueil (la couverture étant illustré d'un bateau, évidemment). Même le nom de notre établissement fait référence (plus ou moins) à la mer. Jules Verne, auteur de Vingt mille lieues sous les mers. Il y a de quoi vous faire haïr le bateau ET l'auteur. Essayez de tenir pendant une heure de conférence avec comme sujet principal votre scolarité, imagée par un bateau à voile poussée par le vent et à qui il faut absolument un gouvernail, sinon vous vous écrasez contre les rochers. Personnellement, je n'ai réussi à tenir que pendant la première demie-heure. Pourquoi l'ont-ils mis après l'heure du repas aussi, cette conférence?

Comme ils (c'est-à-dire le CPE et le proviseur) nous l'ont bien fait comprendre, la grande différence entre le collège et le lycée, c'est qu'on a plus de liberté. On a vite déchanté qu'on ils ont ajouté qu'on avait aussi de plus grandes responsabilités. On est libre de faire quelque chose, mais on en prend la responsabilité (très surveillée par l'équipe éducative, soit dit en passant).En bref, on fait ce qu'on veux, mais on est sous surveillance. Enfin, c'est ce que j'en ai compris.

En quatre jours de cours, je n'ai pas vu la moitié de mes profs. C'est à se demander si je les ai vraiment. Je ne connais pas leurs noms et encore moins ceux des personnes de ma classe. Et comme je ne suis pas très physionomiste, vous pouvez me mettre n'importe qui devant devant moi, je serais incapable de dire si nous sommes bien dans la même classe.

Finalement, mon moment préféré de la journée reste le repas. On revoit tout le monde, on rigole, on discute (je ne dis pas qu'on ne le fais pas pendant les cours, mais là, on peux parler sans se faire enguirlander). Petit bémol, c'est dur de trouver assez d'espace pour un groupe d'une bonne douzaine de personne, au minimum. Enfin, on ne va pas se plaindre non plus. On a la chance d'avoir un grand réfectoire pour manger. Il aurait même réduit l'espace des professeurs pour que les élèves ne soient pas trop collés à leur table ou à ceux de derrière eux. Ils sont gentils au lycée, ils font tous pour le bonheur de leurs élèves.

Reste à savoir si cela durera toute l'année.

T.B.